menu deroulant

6 décembre 2013

Dépasser la colère

Yoga Genève Pilar Grau Transformer les émotions

Transformer les émotions en objet d'observation

Explorer les émotions - quelles qu'elles soient: colère, honte, peur... - pour ne pas se laisser envahir par elles. En en faisant un objet d'observation, on parvient à les transformer et à les dépasser.

Ressentir les émotions comme un flux d'énergie. Sans plus. Aucune pensée, aucun rejet, simplement de l'énergie. L'émotion conserve alors son intensité, mais perd son caractère répulsif.


Nous avons l'habitude de penser ce qui nous arrive plutôt que de le ressentir. Contemplons simplement la colère, par exemple. Même si sa présence est lancinante. Demandons-nous quelle est sa forme, sa couleur, sa température ou tout autre caractéristique. 
Nous pouvons alors faire une posture de yoga avec laquelle nous sommes familiers : par exemple, nous coucher sur le dos et étirer le corps tout entier ("Supta urdhva hastasana"). En faisant la posture, on cherchera à sentir comment et où s'exprime l'émotion : dans nos muscles, nos tendons, notre peau...


On peut alors identifier certains gestes comme étant de trop, comme quelque chose dont on peut se passer. On s'aperçoit par exemple qu'on serre excessivement les lèvres, qu'on durcit le regard ou que les épaules montent vers les oreilles. On se contentera d’abord d’observer, sans jugement. Au fur et à mesure qu'on progresse dans l'exercice, on verra les contours de l'émotion s'estomper, les muscles se délier.


De la même manière qu'on a considéré certains gestes dont on n'était pas initialement conscients comme étant extérieurs à nous, on peut aussi considérer les émotions qui nous gênent comme une entité étrangère, dont on peut se séparer.  

Surtout ne prenez pas cet exercice comme un tour de passe-passe : il est juste question, en sachant que le cerveau fonctionne sur la base de repères et de liens, de changer la connexion entre ces repères et les liens qu'on a établis. Pour ainsi stimuler la plasticité de notre cerveau à travers nos expériences quotidiennes.

Texte de Pilar Grau (inspiré entre autres par la lecture de Mathieu Ricard)

Mark Rothko

Aucun commentaire:

Publier un commentaire